Evénement Management et Innovation

J’ai le plaisir d’accueillir Delphine Dépy Carron, Coach HEC, Docteur en Neurosciences pour un événement unique à Nouméa lors d’un workshop sur l’Intelligence Emotionnelle au service de la Performance de votre entreprise.

Venez participer à 3 ateliers mercredi 17 avril de 14h à 17h à l’hôtel Ramada et repartez avec des outils opérationnels.

Découvrez au cours des ateliers comment déployer votre performance et vos relations avec vos collaborateurs.

Les émotions sont aujourd’hui reconnues comme des compétences indispensablespour évoluer efficacement dans un environnement multiculturel en perpétuel changement.

Atelier 1 Réguler ses émotions pour développer son leadership

  • Reconnaître et accueillir ses émotions
  • Comprendre ses émotions
  • Différencier ses besoins et ses attentes

Atelier 2 Renouer avec les émotions pour libérer les potentiels créatifs de votre entreprise et accompagner les changements

  • Exprimer ses sentiments de manière responsable et impactante
  • Accueillir et écouter l’autre
  • Prendre des décisions et accompagner les changements

Atelier 3 Favoriser les émotions positives dans l’entreprise

  • Développer les émotions positives
  • Adopter une attitude « active constructive »
  • Utiliser l’investigation appréciative

Rendez-vous sur

Attention: Nombre de places limitées à 60

Accompagnement au changement et dialogue social

Mardi 4 octobre prochain j’aurai le plaisir d’animer de 8h à 10h un petit-déjeuner à l’IRS (Institut des Relations Sociales) sur le thème de l’accompagnement au changement dans l’organisation de l’entreprise et le dialogue social.

Pourquoi et comment conduire les changements dans l’entreprise? Comment l’opérer en prenant en compte toutes les parties intéressées, en s’appuyant sur le dialogue social et l’engagement des représentants du personnel entre autres afin de réussir la transformation de son organisation?

Le changement est devenu une constante dans la vie de l’entreprise, cependant penser que celui-ci se fera quoi qu’il en soit est une option peut envisageable si l’on considère que les hommes sont bien les alliés de l’organisation. Tout l’intérêt voire la nécessité est de préparer et d’accompagner le collectif aux impacts (perte mais aussi gain) de ce changement en instaurant notamment une communication équilibrée avec les représentants du personnel qui favorisera la confiance et permettra à chacun d’en mesurer les enjeux.

Ce petit déjeuner apportera des clés de compréhension sur ce qu’est le changement, ce qu’il nous dit, ce que chacun en perçoit et comment chacun peut en être un acteur opérationnel.

http://www.irs.nc/accueil

Article Les Nouvelles de l'Economie
Article Les Nouvelles de l’Economie

Et si le coaching collectif était l’opportunité pour vous de réussir la mise en œuvre de vos changements ?

Change chanceDepuis toujours et plus particulièrement ces dernières années, nos organisations ont inscrit le changement dans leurs pratiques. Ce changement est une nécessité et constitue une permanence dans la vie des organisations.

L ‘adaptation de l’ensemble des ressources internes est un enjeu de taille pour les entreprises. L’essentiel n’est plus seulement l’adaptation technologique ou son sens de l’innovation technique mais bien l’accompagnement de ses ressources humaines dans son développement personnel et professionnel, dans ses qualités relationnelles, dans la mise en œuvre d’une communication adéquate, qui porte les valeurs et donne du sens à ses collaborateurs et permet à l’entreprise de gagner ses challenges de demain.

Le coaching collectif dans sa forme dynamique entre en scène dans l’accompagnement des équipes et de leurs managers.

Différents postulats ont été posés et validés afin de réduire les zones d’incertitudes provoquant différentes émotions et entrainant différentes postures et comportements chez les collaborateurs. Les facteurs clés de réussite sont : l’implication des managers, la communication auprès des équipes et la participation de ces mêmes équipes à la co-construction de la mise en œuvre du changement.

C’est bien dans cette recherche de co-construction et de mise en lucidité de ses propres ressources que le coaching par définition « accompagne les Hommes dans la mobilisation de leurs ressources dans le but de développer leur performance et leur aisance, en cohérence avec leurs propres ambitions et leur moyens »[1].

Le coaching individuel (de plus en plus reconnu et envisagé par les dirigeants de TPE-PME bien que encore trop souvent en temps de crise) est un puissant révélateur de ressources pour l’individu. Le coaching d’équipe dans sa forme collective, peut notamment nous permettre d’avoir une action sur les trois niveaux d’intervention suivants.Coaching collectif

Ses finalités pour l’équipe sont de[2] :

  • l’aider à optimiser les processus et les modes de fonctionnement collectifs de partage d’information, de décision et d’action
  • développer sa maturité en accélérant son évolution
  • accroître ses performances collectives dans la durée en mesurant les progrès réalisés et les résultats concrets obtenus.

Une méthodologie éprouvée sera de réaliser dans un premier temps un état des lieux de la situation à l’aide de différents outils (questionnaire, entretiens semi-directif, observation, focus groupe) qui pourront être mobilisés en fonction de l’objectif recherché. L’important étant de saisir ce qui est en « jeu » dans ce changement pour les Hommes qui composent l’organisation.

Le coaching collectif peut ensuite se déployer avec les différentes options collectées lors de l’état des lieux. Qu’il s’agisse d’aider les collaborateurs à :

  • verbaliser les problèmes ressentis ou rencontrés,
  • les faire jouer le scénarios les plus catastrophiques, les plus ingénieux,
  • se recentrer sur les faits objectifs et la réalité rencontrée,
  • comprendre quel est leur mode de fonctionnement actuel et
  • développer la capacité de décider et d’adopter un nouveau comportement, plus adéquat.

La gestion des émotions est omniprésente dans ces interventions et peut être d’une grande utilité et d’un grand atout. En décortiquant ensemble quelles sont les différentes émotions qui nous régissent et en les apprivoisant afin de les utiliser au mieux dans un contexte professionnel, comme source d’énergie, les équipiers gagnent en lucidité.

Les interventions de coaching collectif sont des solutions efficaces face aux problématiques de résistance aux changements et de souffrance au travail.

En donnant l’occasion aux équipiers de prendre conscience du système dans lequel ils évoluent et en allant chercher leurs propres ressources qui constitueront des clés de résolution et de prévention de ces risques, le coaching collectif constitue une méthode pertinente qui a fait ses preuves. Elle n’est pas seule par ailleurs à accompagner les équipes et c’est bien un ensemble de programmes d’accompagnement (formation, implication des managers, information, coaching individuel et collectif, ateliers participatifs) qui sera le garant du succès de votre changement.

[1] Définition Agophore

[2] Coaching d’équipe – Michel Giffard et Michel Moral p11

Vous avez envie d’être bien avec les autres, connecté au travers une communication harmonieuse et bienveillante alors foncez car ce n’est pas une utopie : la communication non violente est peut être votre réponse.

Girafe - CNVLe 3 mars dernier j’ai eu le plaisir d’assister à une conférence donnée par Véronique Gaspard sur la Communication NonViolente autrement dite C.N.V.

Déjà très intéressée par le sujet j’ai eu envie de me plonger dans cette expertise bien plus poussée que celle que je saupoudre lors de mes formations.

J’ai été bluffée par dessus tout par la conférencière et sa capacité à embrasser la foule c’est en tous cas ce qui m‘est apparu comme un vrai et beau talent.

Quel plaisir de profiter de ce moment au REX, cette salle mythique calédonienne, bondée à l’occasion, et d’écouter même d’échanger pendant plus de 2 heures sur les décryptages et les façons de faire que nous mettons tous en œuvre et qui contraignent grandement notre relation à nous même et aux autres.

Alors pour tout cela Merci Véronique 😉

Ce que j’ai envie de vous transmettre au travers cet article c’est 2 points de ce processus de grande bienveillance et de grande fermeté qui me semblent essentiels si on souhaite être un communiquant plus heureux et créer des relations de qualité.

  • Repérer ce qui me coupe de mes élans de contributions
  • Savoir exprimer et ressentir ce dont j’ai besoin

1.    Repérer dans mon vocabulaire ce qui me coupe de ma responsabilité et de mes émotions comme :

  • le jugement
  • les mots qui coupent de l’instant présent comme toujours ou jamais
  • la pensée binaire : c’est mal ou c’est bien… tu as tort ou raison
  • ce qui est en lien avec les autres comme les ordres et exigences lorsque nous voulons obtenir satisfaction à n’importe quel prix.

Avoir le choix CNV

 

 Thomas D’Ansembourg l’a illustré dans son livre Cessez d’être gentil soyez vrai !

Car pour faire face à ces interprétations nous mettons en place différentes stratégies comme :

  • l’attaque
  • la fuite
  • le mensonge
  • le repli
  • la dévalorisation

Malentendu CNV

 

Thomas D’Ansembourg – Cessez d’être gentil soyez vrai ! – Illustrations d’Alexis Nouailhat

 

2.    Savoir exprimer ses émotions, ses sentiments et prendre conscience de ce qui me rendrait la vie plus belle et de le partager avec l’autre.

  • Exprimer son ressenti : je ressens cette émotion …….parce que ….. je me sens…..
  • Repérer les stratégies pour atteindre nos besoins : Quel besoin dois je réellement assouvir?

Nous avons tous des besoins fondamentaux comme celui d’être respecté ou bien celui d’avoir une autonomie adaptée à l’atteinte de nos propres valeurs et de notre projet de vie, ou encore des besoins physiologiques primaires comme de se sentir en sécurité, à l’abri. En face de chacun de ces besoins nous avons tous mis en place une stratégie différente. Par exemple : je peux avoir besoin de calme, et l’autre aussi et le comprend. En revanche, ma façon d’accéder au calme est de m’isoler dans une chambre alors que pour l’autre elle peut-être d’aller marcher au bord de la mer.

En abordant déjà tout simplement sa relation avec soi-même et avec les autres sous cet angle vous verrez très rapidement ce qui se joue entre chacun et pour chacun. Vous pourrez ainsi choisir votre communication et ne plus la subir.

Il y a beaucoup à découvrir dans cette approche. Chaque jour un nouveau mode de fonctionnement avec soi et avec les autres peut trouver sa place. Je ne peux que vous encourager à développer cette écoute avec vous même et avec les autres afin d’obtenir des relations plus harmonieuses, dans le respect et l’amour de chacun.

« La CNV n’est pas un outil de communication, c’est véritablement un mode de vie, un processus à visée sociale, visant à reconnecter les êtres à leurs élans de contributions, et donc à long terme un processus de paix »[1].

3. Je vous propose pour débuter, un petit test de Marshall Rosenberg, Fondateur de la C.N.V pour vous positionner 😉

QUIZ!

 

Pour créer des relations bienveillantes savez-vous identifier lorsque vous portez une observation ou une évaluation ?

« Observer sans évaluer est la plus haute forme de l’intelligence humaine »[2]

 

Testez observation et jugement

 

 

Cliquez sur l’image pour accéder au test en ligne

 

 

 

Si vous êtes intéressés par cette forme de communication vous pouvez me contacter nedaud.delphine@gmail.com

et contacter également l’association Communication Pacifique via info@communication-pacifique.nc téléphone : 800 301 ou sur Facebook https://www.facebook.com/Communication-Pacifique-en-Calédonie-590965147581255/?fref=ts

N’hésitez pas à réagir sur notre blog

Bibliographie :

Thomas d’Ansembourg – Cessez d’être gentil, Soyez vrai

Marshall B. Rosenberg – La communication NonViolente au quotidien

Marshall B. Rosenberg – Les mots sont des fenêtres

Pour aller plus loin dans l’art de vivre que propose la communication non violente :

[1] Note de précision par l’association Communication Pacifique. Conseil de lecture pour ceux qui souhaitent aller plus loin « La langue Girafe n’est pas une langue » de Marshall Rosenberg. Lien téléchargeable La Langue Girafe n’est pas une langue

[2] Citation du philosophe indien Krishnamurti, médaillé de la Paix par l’ONU en 1984

Développez votre intuition pour réussir.

Interview exclusive

Michel Giffard, coach de managers et d’équipes et directeur pédagogique de l’Ecole de coaching HEC Paris, est passionné d’une thématique qu’il explore depuis plus de 30 ans : l’intuition.

J’ai eu l’occasion de le rencontrer lors d’une formation sur le coaching intuitif. Belle rencontre d’un coach, auteur reconnu de plusieurs ouvrages sur le coaching et l’intuition et qui a su préserver humilité et simplicité de contact.

  • Qu’est ce qui vous a conduit à vous intéresser de si près à l’intuition pour lui avoir consacré un ouvrage complet (1) ? Qu’est ce qui a été votre déclic ?

Un séjour de sept ans en Afrique noire, une psychanalyse jungienne et un parcours avec Alejandro Jodorowsky m’ont amené à rencontrer d’autres niveaux de réalité que la seule rationalité occidentale. Mon métier de consultant et de coach m’a permis d’explorer une voie médiane à approfondir entre les outils rationnels peu performants et l’irrationnel non maîtrisé, et cette voie c’est l’intuition.

 

  • Vous définissez l’intuition comme «la perception spontanée et rapide d’une information sans l’attention consciente du raisonnement » (p31). Et vous affirmez que l’intuition se développe à partir d’une attitude intérieure juste. Dans votre ouvrage, vous citez l’état alpha comme état de conscience favorable à l’accueil des intuitions. Pouvez-vous préciser ce qu’est cet état alpha et préciser comment l’atteindre ?

L’état alpha est l’état naturel que vous traversez au cours des quelques instants qui précèdent l’endormissement ou le réveil. C’est le moment où vous apparaissent vos meilleures idées et vos plus belles images, le moment où votre vie paraît facile, car les décisions à prendre et les actions à mener sont évidentes et simples. C’est aussi un moment fugitif dont vous n’avez pas toujours conscience ou que vous assimilez au monde inutile des rêves de la nuit. Le nom « alpha » est celui donné à l’onde neuronale émise par le cerveau d’une personne en équilibre entre l’état de veille et le sommeil. Se mettre en état alpha consiste à modifier le rythme cérébral à la demande, pour amener votre cerveau à produire des ondes alpha tout en étant conscient et actif dans le monde extérieur. L’état alpha est un des moyens de communiquer avec votre inconscient. Vous êtes sans doute habitué à ne fonctionner que dans deux états qui s’excluent l’un et l’autre : l’état de veille active et l’état de sommeil passif. Avec l’état alpha obtenu consciemment, vous allez découvrir comment bénéficier des ondes alpha à la demande, comment mieux communiquer avec vous-même et avoir accès à d’autres capacités et d’autres perceptions, tout en maintenant intactes vos capacités d’agir. L’état alpha facilite aussi l’apprentissage accéléré.

Comment vous mettre en alpha ? Les réponses varient selon les pratiques des différentes écoles – pleine conscience, sophrologie, yoga, relaxation, méditation, autohypnose,… – mais elles ont toutes un point commun : apprendre l’art de vous relaxer à la demande et quels que soient le lieu et le temps dont vous disposez. La relaxation diminue la fréquence des ondes neuronales jusqu’aux ondes alpha.

 

  • Concernant les scientifiques, vous montrez, notamment à travers l’expérience intuitive d’Albert Einstein, le père de la théorie de la relativité, combien l’intuition a été souvent à l’origine de grandes inventions et de découvertes. Concernant les hommes et femmes publiques, politiques et médiatiques aujourd’hui en France ou dans le monde, qui pourriez vous citer comme modèle d’intuition ou du moins démontrant une capacité à utiliser son intuition pour prendre des décisions pertinentes ?

L’intuition a encore mauvaise presse en Occident et les personnes célèbres reconnaissent rarement qu’elles doivent leur réussite essentiellement à leur intuition. Pour moi, toute personne qui réussit « facilement » dans sa vie professionnelle, capitaine d’industrie, scientifique, artiste, … utilise consciemment son intuition.

L’intelligence intuitive est rarement citée comme compétence à développer ou comme l’un des critères de recrutement en entreprise. Plusieurs enquêtes menées de façon anonyme indiquent qu’une majorité de cadres supérieurs affirment devoir plutôt leur succès à des décisions prises par intuition, et qu’une minorité seulement d’entre eux sont prêts à l’admettre publiquement !

 

  • Votre ouvrage est riche d’exercices pratiques pour « travailler » son intuition. J’ai été pour ma part très sensible à l’exercice de la question vitale ( p 99)(2). A travers votre expérience de formateur, pourriez vous illustrer comment cette démarche aide le participant à explorer quelque chose de plus profond ? Et j’aimerais savoir comment cet exercice a pu faire résonance ensuite dans la vie du participant ?

L’intuition nous met en relation avec le meilleur de nous-même, avec notre inconscient ou avec notre « Soi » au sens de Jung. Descendre en soi comme dans un puits pour aller rencontrer sa question vitale du moment est un moyen de se connecter à soi-même, accessible avec peu d’entraînement.

Quand je fais vivre cette expérience aux participants de l’Ecole de coaching ou aux groupes de managers dans lesquels j’interviens, il s’agit toujours d’un moment très émouvant. En effet, la posture habituelle de formation consiste à transmettre des informations aux participants, parfois à partir d’exercices d’appropriation. L’information circule donc à l’extérieur de la personne et la contacte par les voies intellectuelles et parfois émotionnelles. Dans l’approche intuitive, j’invite les personnes à faire le voyage à l’intérieur d’elles-mêmes, à contacter directement les informations utiles et pour moi l’information utile à chaque instant est bien la réponse à la question : « Quel est l’essentiel pour moi en ce moment ? »

Ma présence dans l’exercice joue bien-sûr un rôle de facilitation mais chacun se rend compte rapidement qu’il peut reproduire l’exercice à son initiative et sans être dépendant d’un élément extérieur. Cette prise de conscience peut transformer durablement une vie !

 

  • En tant que coach, comment faites-vous appel à votre intuition dans la conduite d’une séance de coaching ? Prévenez-vous votre client de cette dimension spécifique que vous pratiquez ?

Dans une relation et notamment une relation de coaching, l’essentiel est présent dès les premiers instants, dès que les inconscients se rencontrent. L’action du coach consiste dès lors à accompagner l’émergence des informations inconscientes – les siennes et celles de son client – notamment en faisant appel à son intuition. Je préviens mon client que je peux utiliser le coaching intuitif, si nécessaire. L’information apparue par intuition représente un risque éthique en coaching : à qui appartient-elle ? En effet, le processus de prise de conscience en coaching implique de travailler sur une information appartenant au coaché. Si celle-ci provient du coach, cet apport extérieur risque de priver le client de sa propre vérité, ce qui est dommageable en coaching. Pourtant, dans ma pratique de coach l’intuition est souvent présente. J’en tiens compte et je vérifie à l’aide des autres outils du coaching la pertinence de l’information reçue par intuition. Par exemple, si je perçois une dissonance entre ce que me dit mon client et l’écho de ma petite voix intérieure, je teste cet écho par une question ouverte et je formule des hypothèses. C’est mon client qui prend ou ne prend pas les options proposées. Dans ce cadre, l’intuition m’aide également à approfondir certains traits psychologiques du client ou certaines causes enfouies de ses difficultés relationnelles actuelles.

 

  • Finalement, votre ouvrage part de la croyance positive que l’intuition est à la portée de tous et que nous avons tout à gagner avec elle dans tous les domaines de la vie qu’elle soit professionnelle, sociale, familiale et même conjugale. De manière synthétique, qu’est ce que gagne une personne qui cherche à cultiver son intuition ?

A prendre les bonnes décisions au bon moment, à percevoir la globalité d’une situation de façon claire, à identifier le détail qui a du sens et à enrichir sa vie en la rendant plus simple.

 

  • Quel petit pas suggérez vous à celles et ceux qui veulent entreprendre le jardinage de leur intuition ?

Ralentir, respirer, se poser, s’intéresser aux questions et moins aux réponses, s’ouvrir à sa vie intérieure et à la spiritualité, commencer à aimer, s’autoriser à être heureux.

 

(1)Votre intuition au service du succès : amour-santé-travail : la méthode Giffard. Presses du Châtelet.

(2) dans le cadre d’un séminaire, le cadre de confiance étant posé, le formateur propose à chaque participant d’écrire la réponse à la question : «  Quelle est la question vitale pour vous aujourd’hui ? ». Puis, successivement, avec chacun des participants, le formateur note la question vitale du participant au tableau puis ses commentaires et ses réponses, dans un contexte de silence car il est demandé au groupe de rester silencieux.

http://www.michelgiffard.fr

Aller sur le site de Michel Giffard

Le changement : c’est tout le temps

Change is now, handwriting with chalk on wooden frame blackboard, colored chalk in the corner, lifestyle change concept

Une entreprise qui avance est une entreprise qui change. Face à l’évolution permanente du marché et de la concurrence, une entreprise qui n’anticipe pas le changement risque de disparaître. Et pourtant, tout changement se traduit par une remise en cause de l’organisation concernée. Il peut-être individuel, collectif ou organisationnel, ou les trois à la fois le plus souvent.
Le changement a parfois une connotation négative et suscite inertie et résistance, voire un sentiment de révolte. Le manager doit adopter une attitude compréhensive pour remporter l’adhésion de ses collaborateurs.

L’objectif commun est de rendre possible la transformation de l’entreprise. Cela implique de les informer et de leur expliquer le bien-fondé de ces changements, d’être à l’écoute de chacun et d’adapter son discours.
La conduite du changement se traduit par une série d’initiatives impliquant tous les acteurs de l’entreprise. Les différentes équipes doivent se coordonner et être composées dans un souci de transversalité.

Pour être efficace, la conduite du changement ne se limite pas à la gestion d’un projet, il faut :

  • planifier les tâches,
  • les suivre,
  • et respecter les coûts et les délais fixés.

Elle nécessite une rigueur accrue par rapport à un projet classique.
Le changement marque une rupture qui peut entraîner une perte de sens pour les collaborateurs. S’il n’est pas compris ou mal perçu, la résistance peut en freiner l’entrée en application. Même si le manager fait preuve de pédagogie, c’est là que l’accompagnement au changement prend tout son sens.

Les compétences comportementales et relationnelles favoriseront la créativité, elles inciteront les collaborateurs à prendre des initiatives et à s’impliquer. Il définira des objectifs précis et les actions concrètes à mener. Dans cette phase de communication collective, le dirigeant peut aussi faire appel à des intervenants spécialisés, ou des prestataires externes.